Le management volatile

Quand les oies nous donnent une leçon de coopération…

Vous avez tous pu observer les formations d’oiseaux en V… Dont celles des oies !

Les scientifiques ont élucidé les raisons pour lesquelles les oies volent de cette façon.
Chaque battement d’ailes provoque un mouvement d’air ascensionnel pour l’oiseau suiveur.
Ainsi à travers cette formation en V, toute la volée augmente de 70% sa capacité de vol comparée à des vols isolés.

Une oie sort de la formation ?
Rarement très longtemps car la résistance de l’air lui rappelle qu’il est plus fatiguant de l’affronter seule !

La formation en V augmente ainsi la puissance d’élévation collective, sans effort individuel démesuré.

Une mobilisation collective vers un objectif commun

Lorsque l’oie de tête est fatiguée, elle cède sa place à une congénère et la formation s’assure de la rotation de ces postes très consommateurs d’énergie.

Un coup de mou dans le peloton de tête ?
Qu’à cela ne tienne, les oies positionnées en fin de formation poussent des cris pour encourager celles qui sont devant à maintenir leur vitesse.

De l’entraide et de la solidarité
Si une oie est malade ou blessée et qu’elle sort de la formation, l’entraide s’active et des oies la suivent pour lui apporter aide et protection.
Elles restent avec l’oie ainsi écartée jusqu’à ce que celle-ci soit de nouveau en capacité de voler ou qu’elle meure. C’est alors le moment pour elles de rejoindre la formation.

Leçon de nos amies les oies…

Coopérer suppose que chacun puisse prendre du recul pour considérer l’intérêt général, tout en ayant la garantie que ses besoins essentiels seront pris en compte…. Vous l’aurez compris, la confiance réciproque est la base de la coopération volatile, mais pas que !

Florence Chenais